Les étudiants sont formidables.

Au printemps dernier, l’université des STAPS de Toulouse mettait en place, comme chaque année, des sessions d’information sur la problématique du dopage auprès des Licences. Pour faciliter l’engagement des étudiants sur ce sujet un peu complexe à aborder, nous travaillons en ateliers : il s’agit de concevoir un exposé de 10 minutes à partir d’un corpus de texte qui traite d’un sous thème sur la prévention du dopage. L’accent est mis sur la pédagogie et l’originalité de la forme. Le résultat est souvent pertinent et regorge de trouvailles incroyables. Sur la dernière session, un groupe a su, dans les 45 minutes imparties : lire et comprendre les notions essentielles de la prévention, rechercher des supports vidéo sur le web, se rendre compte qu’il est impossible de trouver une vidéo sur le dopage qui tienne compte des principes de base de la prévention (et oui, en matière de dopage, ce sont rarement des spécialistes de la prévention qui conçoivent les supports et le peu de supports adaptés existants ne sont pas facilement accessibles sur le web), décider de filmer les éléments manquants, faire un montage pour les intégrer à la vidéo, intégrer la vidéo dans un power point qui met en évidence le mécanisme de prévention mis en œuvre dans la vidéo… Heu, franchement, moi, je les trouve formidables !

Sessions de prévention aux STAPS de Toulouse.

Aux STAPS de Toulouse, 20180112_153759on entend les mouches voler pendant les TD.  Devinez ce qui nécessite une telle concentration ?

S’initier aux méthodes de prévention !

Merci aux STAPS de Toulouse de se donner les moyens de bien sensibiliser ses étudiants à ces questions. Ces processus sont tellement contre intuitifs (« Heu, madame, vous êtes sûre que le graphique, il est pas à l’envers* ») et la bonne volonté rarement efficace.

*Effects of fear arousal, Janis & Feschbach (1953).